Le pissenlit

Les vertus médicinales du pissenlit ou dent de lion ou horloge du berger sont utilisées depuis plus de mille ans.

Son nom français ferait allusion à ses propriétés diurétiques : « pisse-en-lit ».

Très riche en potassium mais aussi en fer, calcium, manganèse, cuivre, silice, vitamines B, C, D, K, acides gras, antioxydants, choline, un nutriment important pour le foie, les bienfaits du pissenlit sont larges.

Dès le printemps, consommez ses jeunes feuilles (plus tendres) en salade, en jus, blanchies, en soupe ou en infusion.

Dès l’automne, prenez les racines qui seront plus sucrées à cette saison.

L’infusion des racines (torréfiées lentement) est une alternative au café sans caféine.

Elle a un goût ressemblant au café et comme le pissenlit est riche en antioxydants, vitamines et minéraux, vous aurez l’effet « boost » recherché dans le café sans avoir le « coup de pompe » inévitable de celui-ci.

Bien que feuilles et racines ont une action détoxifante pour l’organisme, on mettra un focus spécial reins pour les feuilles et un focus spécial foie pour les racines.

Quant aux fleurs, elles ont des saveurs et des bienfaits plus subtils, idéales pour confectionner le miel.

Ses différentes propriétés :

  • Améliore les fonctions hépatique, biliaire et urinaire
  • Améliore les troubles digestifs (stimule la sécrétion de la bile et facilite son évacuation vers l’intestin)
  • Prévient les infections urinaires
  • Prévient l’apparition de calculs rénaux
  • Agit sur l’anémie
  • Aide à la perte de poids
  • Fortifie les os
  • Favorise l’élimination d’eau
  • Améliore la résistance immunitaire aux infections des voies respiratoires
  • Anti : inflammatoire, diabétique, cancer…

Le pissenlit pousse partout mais veillez à le cueillir dans les zones préservées de la pollution et du marquage des animaux et soyez raisonnables car pensez, entre autres, à en laisser aux abeilles pour qui il est l’un des premiers aliments printaniers.

Attention, bien que rare, ses tiges qui contiennent du latex, peut causer des allergies cutanées

Prudence en cas de calculs biliaires ou d’obstruction des conduits biliaires, consulter son médecin